Interview de Darren Tulett : « On ne parle pas assez du facteur Sturridge »

C'est dans les locaux de région parisienne de BeIN Sport que Darren Tulett nous a reçu pour parler ensemble de Liverpool et de son actualité. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis notre dernière rencontre avec Darren, et nous étions impatient de connaître l'avis de l'anglais le plus connu du PAF qui endossera le rôle de présentateur ce jeudi pour le match de 21h sur BeIN Sport opposant Liverpool à Besiktas dans la soirée consacrée à l'Europa League.

 

Les difficultés rencontrées en début de saison ont mené à une élimination prématurée en Ligue des Champions, qu’est ce que cela a changé pour Liverpool ?

 

D : En tant que présentateur sur BeIN Sport, j’espère qu’ils vont jouer l’Europa League à fond, d’ailleurs ma déception de les voir éliminés de Ligue des Champions a été modérée par la joie de pouvoir récupérer Liverpool sur mon antenne (rires) et il y a déjà un match intéressant à venir face à Besiktas et cette compétition semble à leur portée. Il y a plusieurs clubs de niveau équivalent en Ligue Europa cette saison, et elle sera à mon avis plus disputée que l’année dernière où la Juventus semblait impossible à battre. Aujourd’hui, il n’y a pas de véritable favori, Liverpool se doit donc de jouer et de bien jouer cette compétition, un trophée reste un trophée. Néanmoins il est clair qu’il a été décevant d’être éliminé de ce groupe de Ligue des Champions, élimination que l’on peut aussi rattacher en partie à l’absence de Daniel Sturridge. Toutefois le FC Basel est un club très bien organisé dont je connais le président, et ce n’est pas honteux d’avoir perdu face à ce club, mais Liverpool dans l’absolu ne doit pas être sorti de Ligue des Champions par un club suisse.

 

Liverpool va mieux depuis deux mois après des débuts difficiles, quel est votre sentiment ?

 

D : Je pense que les gens ont raison de parler du facteur Suarez, n’importe quel club qui voit partir un joueur de sa trempe aura du mal à retrouver un équilibre sans lui. Mais on n’a pas assez parlé du facteur Sturridge selon moi, car le début de saison était très bon pour Sturridge, il avait la confiance et permettait à Sterling d’avoir plus de libertés. Sa blessure est arrivée en même temps que les difficultés de Liverpool, cela a été très compliqué de retrouver un équilibre sans lui qui était devenu le meilleur attaquant de l’équipe. Aujourd’hui toutes les équipes anglaises aurait d’énormes difficultés sans leur attaquant vedette : United sans Van Persie, Chelsea sans Costa… Sterling a donc du devenir l’attaquant principal alors qu’il est très jeune, encore un peu « cru » pour prendre d’aussi grandes responsabilités, sans rien enlever de son talent (et à titre personnel je suis content de voir de jeunes anglais percer dans le championnat). De plus, on peut aussi imputer les difficultés de Liverpool à celles de Steven Gerrard qui joue sa dernière saison, c’est difficile à gérer quand on connaît l’importance qu’il a eu au sein du club et que le rôle qu’il avait sur le terrain n’est peut être plus tout à fait le même étant donné que son jeu était basé notamment sur l’effort physique. Aujourd’hui, il ne jouera pas a 1000km/h comme à ses plus grandes années, et l’équilibre avec Lucas et Henderson a été difficile à trouver. La blessure de Lucas a aussi comptée, les gens l’ont remarqué surtout à son retour car cela a marqué un mieux au milieu de terrain car c’est un joueur très important, comparable à un Makélélé de Chelsea dans son rôle il y a quelques années, il fait beaucoup de travail dans l’ombre. La défense a aussi beaucoup changé dans sa formation, ce qui a aussi mis de l’instabilité dans ce groupe.

 

M.Sakho prend une place de plus en plus importante dans cette défense et semble maintenant titulaire indiscutable. Pouvait-on s’attendre à un tel scénario à la vue de ses débuts sous le maillot des Reds ?

 

D : Pour être franc, je trouve la défense de Liverpool toujours friable, je n’en suis pas encore convaincu. Avant qu’il ne décide de partir en Angleterre je pensais que Sakho avait exactement le jeu requis pour reussir en Premier League, j’ai été un peu surpris par ses débuts un peu poussifs et je ne suis pas convaincu par ses prestations cette saison. Je pense qu’il a été à plusieurs reprises tout près de faire des erreurs catastrophiques pouvant coûter des buts à son équipe. Il a cette propension à garder le ballon parfois alors qu’il faudrait le dégager, et cela est peut-être lié à son expérience dans le football français où dégager dans les tribunes est parfois mal vu, or en Angleterre cela sera fait sous les applaudissements des supporters. Donc Mamadou si j’ai un petit conseil à te donner, dégage le ballon ! (rires). Il a encore une marge de progression et j’espère qu’il continuera à s’améliorer mais je ne suis pas encore convaincu, malgré que j’apprécie le personnage. Je pense qu’il n’est pas aidé par ce système de jeu à trois défenseurs parce que cela impose plus de jeu de sa part, et je pense que c’est un stoppeur à l’ancienne qui a besoin d’avoir un attaquant devant lui, et il s’imposera dans le duel. Laissé libre dans un jeu à trois défenseurs derrière, il n’est pas vraiment défenseur central, pas tout à fait arrière-gauche et cela contribue parfois à un manque de certitude de sa part. Il a un profil similaire à celui de John Terry pour moi.

Steven Gerrard, irremplaçable dans le jeu ou dans les coeurs?

Est-ce que le départ de Steven Gerrard va laisser un vide dans l’effectif, sachant que son successeur présumé Henderson est assez inégal ?

 

D : Il est clair que quand un joueur comme Steven Gerrard va quitter Liverpool, il faudra comme tous les grands clubs continuer à construire et ainsi je pense que Liverpool sera à la recherche d’un nouveau milieu de terrain, comme un Strootman de la Roma ou même un De Rossi malgré qu’il soit déjà assez âgé. Il faudra un joueur de caractère, car même si Lucas ou Henderson sont des joueurs solides, il n’ont peut-être pas cette propension à soulever un vestiaire. De plus Steven Gerrard était un scouser, et ne pas avoir de « mec du coin » dans le club risque de peser dans la balance. Rickie Lambert n’a pas connu la gloire au sein du club et ne peut donc pas endosser ce rôle. Je suis inquiet que Liverpool ne puisse pas récupérer un élément fort issu de son académie, qui comprend l’importance du club dans la ville. J’en parlais récemment avec Arsène Wenger qui me disait qu’il était très content de son groupe hispanophone au sein d’Arsenal, qui est constitué de véritables fans de football et qui restent pendant des heures à en parler après les matchs, les repas… et c’est ce petit groupe qui a poussé les joueurs anglais à s’investir plus dans le football, et il a insisté sur l’importance d’avoir des joueurs issus de son académie qui s’investissent dans ce qu’est le club fondamentalement. Pour les supporters, un joueur du cru leur permettra toujours une identification plus facile que n’importe quel joueur étranger, aussi investi soit-il.

Henderson pourrait peut-être se montrer différement après le départ de Gerrard, mais je n’ai pas encore ressenti cette âme de guerrier qu’on retrouve dans les plus grands clubs anglais avec Lampard à Chelsea ou Rooney à United… Néanmoins, son absence n’empêchera pas Liverpool de gagner, mais c’est un avantage d’avoir un leader qui représente au mieux le club.

 

Liverpool est encore en lice en Cup avec un tirage relativement clément, Blackburn à Anfield. Est-ce que c’est la chance pour Liverpool d’offrir un titre à Steven Gerrard pour sa dernière saison au club ?

 

D : D’un point de vue de fan de football, on trouve ça génial de voir des clubs comme Bradford sortir Chelsea, ce qui laisse une certaine magie dans le football. Néanmoins quand je reprends ma casquette de diffuseur (BeIN Sport diffuse la FA Cup), il est clair que personne ne souhaite regarder en France un match entre Bradford et Reading. Ainsi, quand on voit Blackburn affronter Liverpool on se dit que c’est une chance d’avoir une finale avec deux grands clubs par la suite. On espère donc chez nous que Liverpool ira en finale contre soit Manchester United soit Arsenal. Il faut encore que Liverpool si ils se qualifient évitent le vainqueur du match entre United et Arsenal pour espèrer un choc au sommet en finale. Souvent dans le sport, on se dit que c’est trop beau pour être vrai. Par exemple, au rugby Wilkinson faisait sa dernière saison et a gagné le titre de champion de France et d’Europe avec le club de Toulon. On a donc le droit de rêver d’un tel final pour Steven Gerrard, avec un dernier match à Wembley en finale de la FA Cup. Après, de là le voir brandir le trophée à la fin du match, il n’y a qu’un pas. C’est le genre d’histoires qu’on aime dans le sport. Et je pense qu’à part les supporters de Manchester United et de Everton, il y aura beaucoup de monde pour espérer que cela se passe comme cela. Cela serait une belle histoire et un beau moment de télévision que je suivrais directement depuis Wembley.

 

Pour vous, qui sera sacré champion en cette fin de saison ?

 

D : Difficile d’imaginer Chelsea ne pas l’emporter, même si l’écart se resserre entre eux et Manchester City. C’est le combat pour les troisième et quatrième places qui est très disputé, avec Manchester United qui est présent mais sans être convaicant, Arsenal n’est pas loin, Southampton est dans le Big Four depuis longtemps alors qu’on leur avait prédit une descente rapide, les Spurs et Liverpool sont toujours dans la course… Liverpool est encore en lice pour l’Europa et la FA Cup, mais je ne pense pas que cela va les pénaliser. Au contraire, plus on gagne, plus on a envie de gagner et moins on ressent la fatigue. Les différences entre ces équipes sont tellement minimes que tout reste possible. Si Sturridge reste apte jusqu’à la fin de la saison, cela peut faire la différence en faveur de Liverpool. De plus, la victoire en Europa donnant une place en Ligue des Champions l’année prochaine peut être un bon calcul et peut être plus accessible qu’une quatrième place en Premier League. On retrouve donc Liverpool avec grand plaisir ce jeudi à 21h sur BeIN Sport !

 

Propos recueillis par Hadrien François

La RédactionInterview de Darren Tulett : « On ne parle pas assez du facteur Sturridge »