Emre Can, figure de proue du renouveau des Reds ?

Après un début de saison assez compliqué, Liverpool va beaucoup mieux depuis la fin 2014. La nouvelle tactique (3-4-3) de Brendan Rodgers n’est certainement pas étrangère à ce regain de forme tout comme le repositionnement d’Emre Can en défense centrale. Le germano-turc, avec son nouveau statut de titulaire indiscutable, s’avère être désormais un élément incontournable du onze de départ des Reds mais qui est l’ancien joueur du Bayer Leverkusen ?

http://provenquality.com/wp-content/uploads/2015/02/Emre-Can-Liverpool-750x500.jpg

Des débuts prometteurs

Emre Can débute le football dès l’âge de six ans et jouera successivement pour les deux clubs de sa ville natale de Francfort (le SV Blau-Gelb Frankfurt et l’Eintracht Frankfurt) jusqu’en 2009, date à partir de laquelle il intègre le centre de formation du club le plus titré d’Outre-Rhin – le Bayern Munich.

Prometteur au poste de milieu défensif, le turc d’origine signe son premier contrat professionnel en faveur du club de la Bavière en 2012 pour ses dix-huit ans. S’il ne joue que sept matchs lors de la saison 2012-2013 (souvent à un poste qui n’est pas le sien : défenseur latéral gauche), son palmarès s’étoffe déjà avec une coupe aux grandes oreilles, un titre de champion national ainsi que la Supercoupe d’Allemagne.

Afin de progresser et d’obtenir un temps de jeu conséquent, Emre Can s’engage avec le Bayer Leverkusen pour quatre ans lors du mercato estival de 2013. Son arrivée chez le quintuple vice-champion de Bundesliga est un véritable succès puisqu’il s’impose très rapidement en tant que pièce maîtresse des Rouge et Noir. Avec quatre buts pour autant de passes décisives en trente-sept matchs joués, il est surtout reconnu pour ses énormes prestations défensives.

Dès juillet 2014, les dirigeants de Liverpool activent sa clause de douze millions d’euros pour l’attirer sur les bords de la Mersey. Brendan Rodgers, à qui la belle saison de Can avec le Bayer n’a pas échappé, se félicitera de cet achat en qualifiant son nouveau protégé de « talent jeune et inspiré ».

 

Du remplaçant au titulaire indiscutable

Pour ses premières rencontres sous ses nouvelles couleurs, l’international allemand U21 ne bénéficie que de quelques petites apparitions avant de se blesser jusqu’en octobre. A son retour, malgré quelques titularisations (contre QPR, Hull City et Chelsea), il ne convainc pas vraiment et enchaîne les matchs sur le banc, sans même rentrer en jeu.

Face aux piètres performances de son équipe, Brendan Rodgers est contraint à un sérieux remaniement tactique pour relancer Liverpool. Le tacticien nord-irlandais opte ainsi à la mi-décembre pour un 3-4-3 qui ne porte pas immédiatement ses fruits (défaite contre Manchester United 3-0, nul à domicile 2-2 contre Arsenal malgré une large domination). Les difficultés des défenseurs Dejan Lovren et Martin Skrtel cumulées à celles du gardien Simon Mignolet obligent l’ancien entraîneur de Swansea de revoir ses plans pour aligner un onze de départ plus solide.

C’est à partir du face-à-face contre ses anciens protégés lors du Boxing-Day que Brendan Rodgers tente le pari de titulariser Emre Can en défense centrale. La victoire 4-1 contre les Swans s’annonce de bon augure et permettra à l’allemand de multiplier les matchs.

Aux côtés de Mamadou Sakho, revenu à un bon niveau après une blessure, et de Martin Skrtel, celui qui a fêté ses 21 ans le 12 janvier dernier coïncide ses bonnes prestations personnelles avec celles de son équipe.

En effet depuis qu’il est titulaire en défense centrale, Liverpool a enchaîné une série de sept matchs sans défaite en Premier League (cinq victoires et deux nuls) et n’a encaissé que cinq buts (pour quatorze inscrits).  On note également qu’il a été très bon lors de la demi-finale de la Carling Cup contre Chelsea (malgré une défaite 2-1 score cumulé) et qu’il est un artisan du bon parcours du club de la Mersey en FA Cup (il a été titulaire à tous les matchs) avec une récente qualification pour les quarts de finale.

S’il est un milieu défensif à la base, il n’est pas compliqué d’affirmer aux vues de ses statistiques qu’Emre Can est devenu une (si ce n’est LA) pièce majeure de la défense des Reds. De plus, il apporte aussi des solutions offensives avec des montées à la fois récurrentes et réfléchies. Bref, il est indéniable que le germano-turc n’est pas innocent à la forme actuelle de Liverpool (7e de Premier League mais à trois points des places qualificatives pour la Ligue des Champions) et qu’avec lui, le club le plus titré d’Angleterre encaisse moins de buts et est nettement plus serein au niveau défensif (même s’il y a toujours quelques petites choses à perfectionner). Cependant Can a encore une belle marge de progression devant lui et un repositionnement à son poste d’origine n’est peut-être pas une mauvaise idée étant donné ses qualités plus qu’évidentes…

 

Nicolas Dufour

 

 

La RédactionEmre Can, figure de proue du renouveau des Reds ?