QPR 2-3 Liverpool : La chance au bout du suspense.

Queens Park Rangers 2-3 Liverpool FC

Un match HISTORIQUE !

Oui, un match historique, dans tous les sens du terme. Premièrement, la chance que nous avons eu est historique, deuxièmement, la qualité de notre jeu aussi bas est historique, troisièmement, la joie accompagnée de cris, que chacun de nous a dû pousser au moment du dernier but, est elle aussi historique.

Que penser, que dire ? Liverpool est un club étonnant, ça tout le monde le sait. Mais cette année… Même nous, fans inconditionnels, n’arrivons plus à suivre. Bref, si l’on rentre dans les détails, voilà ce que l’on peut tirer de ce match.

Une première demi-heure catastrophique,  avec une équipe de QPR bien alignée et appliquée. Nos Reds courraient après le ballon, et à chaque interception, rendaient gentiment la balle aux adversaires. Voici peut être le nouveau style de jeu instauré par Brendan ? Celui-ci reste cependant étonnant. Sans un Mignolet très en forme, les Londoniens auraient largement pu ouvrir le score, voir même doubler la mise. Une transversale, des rebonds en notre faveur, des renvois hésitants, ça passe. Notre cage reste inviolée.

Quarante-cinq minutes s’écoulent, et notre équipe garde on ne sait comment, la possibilité de mener dans la rencontre, puisque le score reste de 0 à 0 lorsque l’arbitre renvoie les deux formations aux vestiaires.

On s’attend alors à une gueulante de Brendan, une prise de conscience d’un Balotelli tout simplement hors de ses pompes, un grand passage du visage sous l’eau froide afin de repartir dans la partie sous de bonnes conditions. Logique, non ?

Non, non…  Cette saison ce n’est pas comme cela que ça se passe. Il faut revenir sur la pelouse avec les mêmes déchets dans le jeu, et attendre… Que Coutinho et Allen fassent leur entrée à la place d’Emre Can et Lallana à la 66ème minute.

A partir de ce moment-là, le jeu s’est clairement accéléré du côté des Reds, et même si ce n’était pas très bon, la vivacité de Coutinho ainsi que les portées offensives de Gerrard laissaient penser qu’il était possible que l’on fasse quelque chose.

En effet, seulement une minute après leur entrée, nous pouvons remercier le défenseur Londonien Dunne, pour nous avoir offert le but du 1-0, devançant de peu Mario Balotelli, pourtant à l’affut de ce ballon quelques centimètres derrière. 

Soulagement donc sur le banc de la Mersey, qui pense alors pouvoir tenir ce résultat, à l’image d’un Rodgers crispé mais très heureux de ce but gag.

Tenir le résultat ? Houlà non ! Ça veut dire quoi ça ? A la 79ème minute, l’entrée de Vargas pour les locaux changera énormément la donne.

Malgré des arrêts décisifs de notre gardien Belge, c’est bien le nouvel entrant des bleus et blancs qui égalise superbement à la 87ème minute.  Le Loftus Road exulte, et encourage son équipe qui dès le coup d’envoi relance les offensives en direction des cages Liverpuldiennes.

Les minutes s’écoulent et la fin de la partie approche, Steven Gerrard après interception du ballon lance Philippe Coutinho dans la profondeur, qui n’hésite pas une seule seconde à frapper et tromper Alex McCarthy  d’une frappe millimétrée. 1-2, les supporters des Reds donnent de la voix et les joueurs s’enflamment, les trois points ne sont plus qu’à quelques secondes.

Vexés, les locaux ne veulent pas s’arrêter là et maintiennent la pression, obtenant dans les tous derniers instants un bon corner. Tout feu tout flamme, Vargas s’élance plus haut que tout le monde et trompe Mignolet profitant d’une défense totalement dépassée. 2-2, les Londoniens tiennent le match nul et le match prend une tournure de folie.

Après une dernière action de Balotelli manquée, les Reds repartent à l’attaque pour ce qui sera la dernière offensive du match.

La remontée de balle se fait très vite, Sterling côté gauche centre pour Balotelli, et c’est le malheureux Caulker qui interceptera le ballon en le propageant au fond de ses filets, synonyme de second but contre leur camps et victoire de Liverpool.

Les Reds exultent, le match est fou, Rodgers n’y comprends plus rien, Redknapp abasourdi, les Reds sautent de joie de manière étrange, et les Rangers se prennent la tête dans les mains.

L’arbitre siffle après cela la fin du match, et Liverpool repart donc du Loftus Road avec les trois points. Une victoire difficile à comprendre, à expliquer, mais une victoire qui risque de booster tous nos joueurs, qui auront malgré tout bataillé jusqu’à la dernière seconde.

Clairement, QPR méritait mieux, mais Liverpool aura eu la chance que d’autres clubs connaissent plus souvent que nous, et Coutinho aura transformé sa hargne en véritable leçon de football pour les adversaires qui pensaient nous avoir tués.

You’ll never walk alone.

 

Jean-Romans

Julien GRÈSQPR 2-3 Liverpool : La chance au bout du suspense.