Liverpool FC 3-3 Arsenal : Liverpool avec le coeur

Premier League – 21ème journée : Liverpool 3-3 Arsenal.

« LIVERPOOL AVEC LE CŒUR »

Au bout du suspense Liverpool a arraché le nul à Anfield face au leader du championnat. Un nul heureux malgré une petite amertume tant Liverpool avait dominé l’entame de match. Le spectacle et l’intensité étaient extraordinaire, un Liverpool comme on l’aime ou presque.

Liverpool met le feu d’entrée

Les 3 degrés au coup d’envoi de ce match n’ont pas gelées les ambitions de Jürgen Klopp. Les Reds imposent un rythme d’enfer au Arsenal de Wenger surpris par le dispositif des locaux qui évoluent en 4-4-2 (Mignolet – Clyne, Touré, Sakho, Moreno – Milner, Can, Henderson, Ibe – Lallana, Firmino) avec encore une fois Benteke sur le banc.

La réussite du bon début de match des Reds est en grande partie attribuable à la doublette Henderson-Can qui étouffe le milieu de terrain des Gunners. Les Londoniens acculés en défense dans les premières minutes de la rencontre avec des joueurs de Liverpool dynamiques, enthousiastes et justes techniquement. Les combinaisons s’enchainent, et à la 9ème minute de jeu sur une frappe d’Emre Can repoussée par Petr Cech, Firmino reprend victorieusement le ballon et ouvre le score. Anfield est en liesse et hurle sa joie, la soirée débute parfaitement pour Liverpool.

Mais les Gunners réagissent rapidement, sur un long ballon Giroud et Sakho se télescopent, sonné Sakho laisse filer A. Ramsey dans son dos qui transperce Mignolet qui ne peut être montré du doigt tant la ballon fuse sur le pelouse mouillée (14ème minute).

Pour une fois, Liverpool ne recule pas après avoir concédé un but, le pressing intense orchestré par Can et Henderson reprend ses droits, sur un nouveau ballon gratté par Milner, Firmino hérite une nouvelle fois du ballon à 20 mètres des buts plein axe, son contrôle et sa frappe enveloppée du droit ne laisse aucune chance à Cech qui ne peut que constater les dégâts. L’amour de frappe du Brésilien termine sa course dans lucarne du gardien Tchèque qui n’a touché aucun ballon mais qui après 19 minutes est allé le chercher deux fois au fond de ses filets.

Les Reds continuent leur pressing à toute épreuve et continuent de dégoûter le milieu d’Arsenal. Après 25 minutes la paire Koscielny – Mertesacker fait un grand match malgré le score. 25ème minute justement, premier ballon touché par Ozil dans le sens du jeu, il décale Walcott qui trouve Giroud. Le Français prolonge de la tête pour Ramsey qui manque de peut de répondre au doublé de Firmino. Sortie en retard Mignolet est battu mais Mamadou Sakho sauve sur sa ligne. Sur le corner suivant, Olivier Giroud égalise, il coupe au premier poteau et devance Sakho. Il parvient à effleurer le ballon, suffisant pour tromper un Mignolet et une défense Liverpuldienne qui avait abandonné son premier poteau.

La baisse de régime.

Après 25 minutes de très haute intensité, Liverpool baisse en régime et lève le pied. C’est après tout logique, personne ne peut tenir un tel rythme toute une rencontre. Le problème c’est que Liverpool ne sait pas jouer dans son camp. Les approximations débouchent sur une occasion en or. Giroud bien servi par Walcott manque le ballon seul face au but de Mignolet. C’est dans ce type de moment là qu’on a hâte que la mi-temps arrive. Après 45+3 minutes de jeu les deux équipes rentrent aux vestiaires avec une ultime occasion pour Liverpool. Sur un centre de Clyne, Firmino enchaîne un superbe mouvement ponctué d’une reprise du gauche qui termine sa course sur le haut de la barre transversale. Liverpool met à mal Arsenal qui a eu chaud et aurait pu être mené à la pause.

De la fatigue et des espaces.

Le début de seconde période est à l’image de la fin du premier acte. Liverpool laisse l’initiative aux visiteurs et des espaces dans son dos. Emre Can si bon en première période enchaîne les pertes de balles et Arsenal en profite. Avec des flèches comme Giroud, Ozil et Walcott les Gunners sont dangereux.

Après 10 minutes de jeu, Bellerin efface Milner sur une récupération de balle d’Arsenal. Il s’engouffre dans l’espace laissé par le milieu des Reds et efface Moreno trop facilement. Son centre revient sur Giroud qui transforme l’occasion. Arsenal mène 3 buts à 2 et à ce moment là tant Liverpool souffre on se dit que les choses sont mal embarquées.

Dans le quart d’heure qui suit le scénario est le même, Arsenal ne se sent pas en danger et laisse le ballon à Liverpool afin de profiter des multiples pertes de balles des Reds pour placer des contres dans le dos du milieu de Liverpool qui baisse physiquement. On sent que Milner et Henderson sont de retours et la douleur est réelle pour les deux. Du coup Klopp sort Milner au profit de Benteke (67ème) et l’entrée du buteur Belge va redynamiser son équipe. Benteke combine avec Firmino et Lallana et ses déviations de la tête sont un atout pour les Reds qui souffrent face à une paire Mertesacker – Koscielny qui éteint l’attaque des Reds.

De la neige et Allen …

Le coach Allemand l’a compris la solution viendra des airs, paradoxale tant Liverpool est fébrile sur ces phases de jeu, mais le soucis c’est que la solution au sol ne se trouve pas. Les jambes sont lourdes, la pelouse est glissante et fuse avec la neige fondue qui tombe sur Anfield. Ibe s’entête trop et perd la quasi-totalité de ses duels face à Monreal et à gauche, Moreno enchaîne les mauvais choix offensifs. Klopp abat donc ses dernières cartes en sortant Can pour Allen et Lallana pour Calker le nouveau venu qui pourtant défenseur va se placer en pivot en pointe pour dévier les ballons aux côtés de Benteke.

Un choix offensif bizarre, audacieux et payant. Un grand de plus dans la surface et Arsenal se loupe au marquage. Sur un long ballon, Benteke dévie de la tête pour Allen qui trompe Cech dans les arrêts de jeu. Liverpool arrache le nul dans les derniers instants de la rencontre et prend donc un point important face au leader de Premier League.

Après un match intense et passionnant, les Reds qui ont menés deux fois au score puis menés ont su revenir. Il faudra désormais se poser la question suivante : Pourquoi Liverpool n’est pas capable de jouer ce genre de match face aux équipes dites plus faibles ? Il faudra aussi réussir à mieux maîtriser les temps faibles de nos rencontres. On a su faire le dos rond et ne pas sombrer au cœur de la seconde période.

Du caractère et du cœur au milieu d’une semaine décisive pour dessiner ce que sera la fin de saison des hommes de Klopp, jouer le haut de tableau ou se battre pour la 5eme place. Tout reste à faire maintenant face à Manchester dimanche à Anfield.

Tops :

Le match de la paire Sakho – Touré (7/10): Ils ont bouchés les trous laissés par le milieu et ont permis de maintenir le bateau à flot quand il tanguait.

Firmino (8/10) : Auteur d’un but jusque là, il a prouvé que Klopp avait bien fait de le titulariser en pointe. Deux buts dont un chef d’œuvre, un presque 3ème en une mi-temps.

Klopp (10/10) : Le coach a fait les bons choix et ses changements ont étés décisifs. Benteke et Allen entrés en jeu sont décisifs.

Flops :

Moreno (3/10) : Des choix tous mauvais ou presque en phase offensives. Pas toujours bien placé derrière et remis en place par Klopp suite à l’énorme occasion de Giroud (28ème)

Can (5/10): Une énorme première période mais catastrophique en seconde. A perdu presque tout les ballons après la pause.

Julien Grès

La RédactionLiverpool FC 3-3 Arsenal : Liverpool avec le coeur