CHELSEA 1 – LIVERPOOL 3 : LA PREMIERE DE KLOPP.

« Il faut arrêter de douter et prendre confiance en nous ». Après deux nuls en championnat, un autre en Europa League et une victoire précieuse en League Cup, Jurgen Klopp a mené Liverpool a la première victoire de son ère en Premier League. A Stamford Bridge les coéquipiers de James Milner ont matés leurs bourreaux d’il y a deux ans et ont sans doute désormais conscience de leur potentiel.

 

Ce match à Londres a tout d’un piège. Au coup d’envoie les joueurs de José Mourinho pressent haut, agressent le porteur du ballon et se projettent rapidement vers l’avant. Le milieu de Liverpool est souvent dépassé Lucas fleuretant 3 fois en moins de 10 minutes avec le carton jaune. Si Liverpool court après le ballon et son souffle, les Reds vont aussi rapidement courir après le score. Sur sa seule et unique frappe cadrée de la première période, Chelsea ouvre le score. Décalé côté gauche Azpilcueta est laissé seul par le mauvais tacle de Milner et a tout le loisir de centrer pour Ramires qui aux 6mètres devance un Moreno un peu passif pour battre Mignolet (1-0, 3ème minute).

Dès lors, Liverpool va se réveiller, équilibrer les débats et même mettre peu à peu Chelsea en difficulté. Les Reds se procurent des occasions, l’association Coutinho-Firminho commence à trouver des espaces et se frayer un chemin dans l’axe de la défense décalant ainsi des espaces pour Clyne et Moreno sur les ailes. Le seul soucis des Reds : la domination de Zouma-Terry-Cahill dans la surface face au manque de point de fixation côté Liverpool sans véritable buteur au coup d’envoie. Après une première mi-temps convaincante, les joueurs de Jurgen Klopp s’apprêtent à rentrer aux vestiaires menés au score en ayant dominés quand dans les arrêts de jeux, Milner côté droit décae Coutinho. Le brésilien s’occupe du reste : une feinte de frappe du droit qui efface Ramires, une frappe enveloppée du gauche qui termine dans les filets de Bogdanovic. Sous les yeux médusés de Mourinho Liverpool égalise, et c’est non seulement logique mais aussi mérité.

Au retour des vestiaires Chelsea tente de remettre la pression très haut sur Liverpool. Les Reds reprennent vite le dessus. La seconde période est la copie conforme des 30 dernières minutes de la première mi-temps. Liverpool récupère haut et ne laisse aucun espace dans son dos. Hormis un lob de 45 mètres d’Oscar (70ème) Chelsea ne tir pas au but de Mignolet. La paire Skrtel-Sakho est imprenable, Diego Costa inexistant s’en remet à un coup de pied dans les côtés de Skrtel, Hazard sort après 15 minutes en 2eme mi temps, Willian et Oscar déjouent totalement. Le Français sort encore un grand match et récolte les chants des fans ayant fait le déplacement à Londres. Gagnant la quasi-totalité de ses duels et assurant ses relances le défenseur français a été impérial.

Impérial comme Coutinho. Muet depuis le début du championnat le lutin de poche s’offre un doublé à la 74ème, sur une déviation de Benteke juste entré en jeu, il crochète cette fois ci du gauche pour enchaîner du droit (1-2) Liverpool prend l’avantage d’une partie que les Reds maîtrisent. Dans le dernier quart d’heure Chelsea pousse mais se heurte toujours à une défense hermétique. Les Blues sont pas inspirés devant et léthargiques derrière. Sur un contre Benteke profite des 3 plots (Terry – Cahill – Zouma) qui forment la défense de Chelsea pour offrir un succès logique aux siens (1-3 à la 83ème).

La fin de rencontre est un simple cour de gestion de la part des hommes de Klopp qui jubile sur son banc. Ses sauts de cabri tranchent avec la mine déconfite de son homologue portugais qui assiste à la déroute (3eme défaite en 6 matchs à Stamford Bridge cette saison pour Chelsea) des siens et aux « You’re not special anymore » qui descendent de la tribune visiteurs.

Si Chelsea s’enlise et a peut-être connu son dernier match de la seconde ère Mourinho , Liverpool se relance et peut espérer et rêver d’un souffle nouveau poussant dans son dos et la propulsant vers le haut du tableau. Avec un mois de Novembre a sa porté avec les réceptions de Swansea et de Palace et le déplacement à Man City, les Reds surfent sur la bonne vague. Reste à confirmer et de montrer enfin ce visage de « believers » souhaité par Klopp qui offre à Liverpool ce samedi son premier succès loin d’Anfield depuis 10 matchs.

 

 

 

Julien GRÈSCHELSEA 1 – LIVERPOOL 3 : LA PREMIERE DE KLOPP.